Tant que nous sommes vivants ~ Anne-Laure Bondoux

Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers les territoires inconnus… Mais quand l’ombre a pris la place de la lumière, l’amour suffit-il à nous garder vivants ?

Date de sortie : 25 septembre 2014

Éditions :  

Prix : 6e90 en poche

J’ai relevé plusieurs passages très poétiques dans ce texte et, finalement, c’est bien de cela dont il s’agit à mes yeux : une poésie tantôt tragique, parfois remplie d’espoir, mais une poésie de la vie.

Ce qui frappe quand on referme le roman, c’est qu’on ne sait toujours pas, à la fin, ni ou ni quand l’histoire se déroule. Ce que j’ai aimé cette impression de pouvoir moi-même décider de cela ! Ce n’est pas un spoiler, rassurez-vous, vous le noterez également très vite !

Dans cette histoire d’amour, d’aventure et de résilience, il est question de finalement positiver. Le titre même appelle à se rappeler que peu importe les obstacles : tant que nous sommes vivants, il y a de l’espoir. C’est en tout cas ainsi que j’ai perçu le récit de Bo et Hama.

L’écriture nous emporte dans ce qui pourrait être une dystopie, mais on n’en est pas sûr, elle porte surtout des personnages imparfaits, qui s’abîment dans les travers que l’existence met sur leur chemin, métaphorique ou physique.

Au final, j’ai passé un très bon moment, même si j’avoue avoir trouvé le tout un peu déprimant à mon goût, à force de coups durs. Ceci étant dit, c’est une fable qui mérite qu’on s’y attarde car la morale en est très importante, je vous laisse la découvrir !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire