Perfect World ~ Tome 3 ~ Rie Aruga

Perfect World a été, incontestablement, le shôjo manga de l’année 2016 ! Succès immédiat, il a su surprendre les lecteurs avec son ton adulte, ses personnages loin des clichés, mais aussi son propos très positif et d’actualité. Ce troisième tome enfoncera le clou, mais laissera aussi les lecteurs sur un clifhanger final particulièrement cruel…

Depuis l’accident arrivé à Kawana, un drôle de malaise s’est installé chez Itsuki. Le jeune homme handicapé commence en effet à se demander si, à cause de son état, il ne risque pas d’être un fardeau pour la femme qu’il aime. Et comme si ses doutes intérieurs ne suffisaient pas, de nombreuses pressions extérieurs mettent en danger sa naissante relation de couple…

Date de sortie : 09/02/2017

Éditions : 

Prix : 6,95e en poche / 4,49e en numérique

Avis Tome 1 / Tome 2

Sans surprise, j’ai à nouveau eu un coup de cœur pour cette série que ce tome 3 confirme dans ses qualités. Difficile de continuer à donner son avis en détail sans rien spoiler, mais il est évident que Rie Aruga a fait ses devoirs et n’épargne pas les personnages.

C’est ce qui fait la force de ce manga, le réalisme sans tabou qui nous met face à ce que la situation de Itsuki a de moins glamour, tout simplement parce que la maladie n’a rien de glamour. Là où d’autres histoires tentent d’utiliser ce type de situation pour servir la romance, ici c’est tout le contraire qui se produit.

Non seulement la relation de Kawana et Itsuki est complexe à cause du handicap de Itsuki, mais elle est placée de façon à ce qu’il nous est impossible de ne pas faire preuve d’une grande empathie envers eux. Les personnages secondaires viennent ajouter des réflexions à celles que le scénario apportait déjà et c’est impossible, à mon sens, de ressortir indemne de cette lecture.

La fin de ce tome 3 nous donne envie de nous précipiter sur le tome suivant ! Je m’interroge sur la façon dont la vie va encore frapper nos héros et surtout, la manière dont ils vont tout surmonter. Car je ne vois pas d’autre issue pour eux que de tout encaisser, même s’ils en souffrent. Que d’émotions à la lecture de cette série… et pourtant, on ne tombe jamais, vraiment jamais, dans le pathos. Sûrement la plus belle qualité de l’écriture de Rie Aruga, en plus de ses dessins, bien entendu !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire