Moi qui croyais te connaître ~ Penny Hancock

Qui connaissez-vous le mieux ?
Votre plus vieille amie ? Votre enfant ? Ou bien vous-même ?

Holly participe activement à la sensibilisation des jeunes sur le thème du consentement sexuel. Par principe, elle prend le parti des victimes. Avec férocité. Mais quand son fils est accusé de viol par la fille de sa meilleure amie, elle prend sa défense, persuadée qu’il n’est pas coupable. Pendant ce temps, Jules doit venir en aide à sa fille de treize ans, traumatisée et peut-être enceinte.
Tandis que les deux mères tentent de comprendre sur quoi se fonde l’accusation sans impliquer la police, d’autres secrets bien gardés refont surface. Toutes leurs certitudes s’effondrent et leur amitié menace de voler en éclats. Quand l’un des adolescents disparaît, l’histoire prend un tour plus sombre encore. À qui peuvent-elles vraiment se fier ?

Date de sortie : 20/02/2019

Éditions : 

Prix : 19e50 en papier / 9e99 en numérique

Le résumé m’a tout de suite intriguée, le sujet me semblant épineux, j’étais curieuse de savoir comment l’autrice avait géré toutes les difficultés qu’il impliquait. Et je n’ai pas été déçue une seule seconde. J’ai lu ce roman presque d’une traite, en ayant beaucoup de mal à le poser, y pensant quand je devais interrompre ma lecture. Cela faisait longtemps qu’un livre ne m’avait pas autant happée !

On démarre cette lecture avec beaucoup d’a priori sur la façon dont nous, nous réagirions si nous nous trouvions dans la situation de Holly et Julia. Deux meilleures amies, qui se considèrent plus comme des sœurs, dont le fils de l’une est accusé d’avoir violé la fille de l’autre. C’est terrible, surtout que la mère de Saul est conférencière spécialisée dans la question du consentement. Comment a-t-elle pu autant se tromper sur l’éducation qu’elle a donnée à son fils ?

Cette histoire soulève énormément de problématiques qui sont menées pour 99% d’entre elles avec brio. Nous alternons les points de vue des deux héroïnes et c’est fascinant de constater le talent avec lequel l’autrice est parvenue à se glisser dans la tête de l’une puis de l’autre, en étant complètement crédible. On comprend les réactions de Julia, dont la fille de 13 ans traverse un moment très dur, comme on comprend celles de Holly, convaincue que son fils est accusé à tort.

Ce qui est triste est que cette histoire résonne dans notre société avec une authenticité déconcertante. Tout simplement parce que ce qui se produit dans Moi qui croyais te connaître pourrait être un fait divers parmi les autres dans les médias. Ça interpelle d’autant plus le lecteur et, lorsqu’on referme ce roman, c’est avec des questions qui alimentent une réflexion s’ancrant dans notre vie à tous.

La fin m’a un peu déstabilisée sur un détail que je ne mentionnerai pas afin de ne pas spoiler, mais qui a une importance capitale à mes yeux. En dehors de cette déception de dernière minute, ce roman est à mettre entre toutes les mains, ne serait-ce que pour son impact sur les interrogations qu’il soulève.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire