Blood Orange. Harriet Tyce

Je sais que c’est mal. Mais je ne peux pas m’en empêcher.

Alison Wood est avocate pénaliste. À mesure que sa carrière décolle, sa vie familiale se dégrade : elle passe ses journées à plaider et ses soirées dans les bars pour décompresser. Patrick, un collègue avec qui elle entretient une liaison toxique, souffle le chaud et le froid et l’humilie tout autant qu’il se sert d’elle. Pourtant, Alison n’arrive pas à décrocher.
Quand Patrick lui confie sa première affaire de meurtre, elle se plonge dans l’histoire de sa cliente, Madeleine, qui a poignardé son conjoint d’une quinzaine de coups de couteau. Au fil de leurs entretiens, Madeleine se livre : son mari diluait la pilule contraceptive dans son thé, examinait toutes ses dépenses, prenait toutes les décisions…
Petit à petit, leurs deux vies se font écho. Qui contrôle qui ? Et si, avant de défendre les autres, Alison commençait par se défendre elle-même ?

Date de sortie : 21/02/2019

Editions :

Prix : 21e en broché et 14e99 en numérique

 

Je lui effleure la joue, en lui soufflant une promesse silencieuse de faire davantage d’efforts, de devenir la personne qu’elle mérite. J’arrive presque à me convaincre que c’est possible.

 

Tout premier roman d’Harriet Tyce que je découvre, Blood Orange est exactement le genre de livre que j’aime, car il possède non seulement une tension qui monte crescendo, mais il ne révèle ses secrets qu’à la toute dernière minute et permet de ce fait, de se plonger totalement au cœur de ses pages avant d’en ressortir haletant sous le coup des émotions intenses qu’il nous provoque.

Le monde de la justice m’a toujours passionnée. Comprendre les rouages des différentes professions qui s’y rattachent, examiner les preuves, observer les plaidoiries des avocats, c’est tout un mécanisme qui me fascine depuis toujours. Autant dire que ce roman était fait pour moi et que chaque seconde que j’y ai consacrée m’a captivé.

L’histoire de fond est prenante. Elle se nourrit des craintes de chacun et renvoie les protagonistes les uns vers les autres. Elle repousse les limites et noie son héroïne principale dans ses remords et ses promesses avortées. L’autrice a d’ailleurs réussi un coup de maître avec Alison Wood, car elle m’inspire énormément de sentiments contradictoires. Pour tout dire, je ne sais encore pas, maintenant, après avoir refermé la dernière page si je dois la plaindre ou au contraire penser que tout ce qu’elle a subi n’est qu’un juste retour des choses.

Il est vrai que son existence porte le poids de ses mensonges. Les dégâts provoqués par ses prises de décisions sont gravissimes au point de foutre sa vie en l’air. Seulement, loin d’être faciles, les difficultés qu’elle éprouve à l’égard de sa famille la poussent à sombrer toujours plus bas et à s’enliser dans la tromperie et la calomnie. Que serions-nous capables de faire dans cette situation ? Oserions-nous bafouer ce que l’on a pour obtenir quelques instants hors du temps et de la réalité ? Sommes-nous à même de poser un jugement sur cette femme qui tente de tout concilier ? Il n’y a aucune bonne réponse et encore moins de bonne solution, pourtant je ne peux m’empêcher de penser qu’il aurait suffi d’un déclic pour réaliser ce qu’il se passait et affronter les choses sans se démonter.

Si l’on passe une bonne partie du temps à scruter le vécu d’Alison, il se déroule en parallèle une autre histoire, celle de Madeleine Smith que l’on apprend à connaître et pour qui j’ai ressenti une bonne dose de compassion. Son passé fait étrangement écho au présent et il se pourrait bien que les deux femmes aient plus de choses en commun qu’il n’y paraît. J’ai en tout cas été surprise par la tournure des événements, car même si j’avais envisagé plusieurs choses à leur égard, le final était vraiment à la hauteur de mes espérances.

Blood Orange est donc un livre qui m’a plu par son fond et par sa forme. La plume d’Harriet Tyce est affûtée, juste et calibrée. On se laisse porter par les révélations et les rebondissements jusqu’à ce que tout prenne un sens inattendu et que l’on remercie l’autrice pour cet épilogue.

Du bon, du très bon donc pour un roman qui saura vous rappeler que tous les actes ont des conséquences !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire