Les bras de Morphée. Yann Bécu

Voici un futur proche où l’on veille en moyenne quatre heures par jour. En amour, à l’école, au travail, la routine a forcément l’allure d’un sprint : faire vite, faire court, ne pas trop ramener sa fraise… Trois lois sacrées que Pascal Frimousse profane au quotidien. Professeur de français désoeuvré, il a dû se recycler. Avec 12 heures de veille, il est une perle rare. Toujours fauché, souvent libre… Tuer le temps, c’est son nouveau gagne-pain. Allongez 100 écus, glissez-lui le nom de votre ennemi, il se charge du reste : Frimousse est troll professionnel. Un des meilleurs. Vous pourrez dormir sur vos deux oreilles.

Date de sortie : 28/03/2019

Editions :

Prix : 17e90 en broché et 9e99 en numérique

 

La force de tenir debout, je la trouve dans la résolution farouche d’une vengeance épicée, servie froide. Le petit vieux et ses deux spadassins qui seront bientôt l’objet de tous mes soins. Je vais leur mettre en place une pédagogie différenciée aux petits oignons, à mes cancres du milissariat.

 

Chaudement recommandé par Oren Miller lors d’un live Facebook, j’étais impatiente de découvrir « Les bras de Morphée » de Yann Bécu tout en étant un peu effrayée par la chose. En effet, je n’ai jamais lu de livres purement SF et j’avais un peu peur de ne pas en apprécier toutes les subtilités et de ne pas en comprendre le fondement. Heureusement, l’auteur a une écriture fine, entraînante, qui a su, rapidement, relayer mes craintes au second plan et qui m’a permis de m’immerger dans le Prague des années 2070 avec beaucoup de facilité.

J’ai trouvé le fond de l’histoire absolument génial, car il est finalement réaliste et donne matière à réfléchir. C’est toute une organisation mondiale à revoir, des changements brutaux auxquels on doit s’adapter sans vraiment appréhender ce qu’il se passe. Comment ? Pourquoi ? À cause de qui ? Tant de questions se posent, mais ne trouvent pas leurs réponses que l’on ne peut que s’interroger à notre tour.

Le personnage de Frimousse est formidable. Ce professeur de français à la langue bien pendue et aux mots accrocheurs est un homme captivant. Il est à la fois malicieux et casse-cou. Il porte brillamment sa double casquette et tombe, bien malgré lui, dans des situations totalement loufoques. J’ai beaucoup aimé le suivre dans ses aventures et l’observer jouer sur plusieurs tableaux afin de satisfaire tout à chacun.

Ce qui fait le charme de cette histoire, c’est sa constante évolution. Le phénomène qui les touche est inconnu, inarrêtable et oblige les habitants de la planète à prendre des mesures nécessaires pour garder une cohésion et ne pas tomber dans le chaos. Il faut repenser le monde en tout point, synthétiser les choses, aller à l’essentiel pour préserver un semblant de vie. Je dois dire que je n’avais pas encore eu l’occasion de lire un roman aussi exploité. L’auteur en a vraiment étudié tous les aspects possibles et nous dirige doucement, mais fermement vers un épilogue auquel on ne s’attend pas forcément.

« Les bras de Morphée » est un ouvrage fascinant que j’ai pris le temps de bien décortiquer. En lectrice attentive et peu pressée, j’ai parcouru les chapitres (y compris le 9 et le 10, petit clin d’œil à Yann Bécu) en m’imprégnant de l’histoire et en apprenant à connaître sa multitude de protagonistes. Entre Michel, Jonas, Margo, Émile et les autres, il y a de quoi faire, croyez-moi. Les dialogues sont épiques (j’ai plus d’une fois eu l’envie de crier Kamoulox à la fin d’un échange !), les révélations sont intéressantes et les rebondissements prenants. J’ai ri, je me suis angoissée et une fois lancée je n’ai pu m’arrêter.

Alors merci à l’auteur pour ces quelques heures passionnantes. J’espère avoir bientôt l’occasion de le lire à nouveau.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Les bras de Morphée. Yann Bécu

  1. Ping :[Chronique Littéraire] Les bras de Morphée, Yann Bécu – La Bulle d'Eleyna

Laisser un commentaire