MEG : La fosse. Steve Alten

Quatre ans après l’incident de la fosse des Mariannes qui a libéré un spécimen de Carcharodon megalodon, le plus gros et le plus féroce prédateur de toute l’histoire, Jonas Taylor veille aujourd’hui sur la progéniture survivante de la créature à l’Institut Tanaka. Profondément endetté, son dirigeant, Masao Tanaka, s”est tourné vers un milliardaire excentrique pour l’aider à maintenir l’établissement à flot, mais à quel prix?
Enlisé dans un enchevêtrement de mensonges, en proie aux cauchemars, Taylor doit à nouveau faire face aux monstres qui hantent ses nuits. Seulement, cette fois, ce ne sont pas seulement les requins qu’il doit surveiller…

Date de sortie : 29/05/2019

Editions :

Prix : 20e90 en broché et 14e99 en numérique

 

 Une tache blanche entra dans le champs de vision de Jonas. Angel jaillit et essaya d’attraper sa proie de la même façon que dans le lagon. Jonas se surprit à contempler l’intérieur du gosier béant. L’homme commençait à lui glisser entre les bras.

 

Imaginez un livre où toutes vos peurs les plus profondes sont réunies, où chaque page vous flanque une trouille pas possible et dont vous ressortez certain de passer plusieurs nuits agitées à cause de ce dernier… Et bien voilà, vous avez plus ou moins mon ressenti en terminant « La fosse » de Steve Alten.

Un mégalodon aux mensurations hors normes, un paléobiologiste atteint du syndrome de la culpabilité du survivant et du sang, beaucoup de sang. Voici quelques mots qui pourraient vous permettre de cerner cet ouvrage. Du début à la fin c’est une peur viscérale qui s’est insinuée en moi, quelque chose de primal dont j’ai eu bien du mal à me défaire. La situation est grave, inquiétante, les personnages ont tous quelque chose à cacher et mon Dieu certains passages sont carrément effrayants. Si l’on ajoute à cela un homme empreint de mauvaises intentions, aux commandes d’une affaire bien obscure et vous obtenez le cocktail idéal pour une catastrophe planétaire qui vous retourne les tripes.

C’est un véritable piège qui se referme sur Jonas et ses compatriotes. Ce qui se passe sous nos yeux est d’une telle ampleur qu’on ne peut finalement pas en mesurer vraiment le danger. À force de manœuvres hasardeuses et de décisions impulsives, les différents acteurs de l’histoire se retrouvent au centre d’un cauchemar devenu réalité.

Je savais rien qu’en lisant le résumé que j’allais passer un mauvais quart d’heure, enfin façon de parler bien entendu. Alors, pourquoi l’avoir pris me direz-vous ? Et bien parce que j’adore repousser mes limites et qu’il me semblait que même si j’allais avoir l’estomac noué, l’auteur savait ce qu’il faisait et où il souhaitait m’entraîner. Je dois dire qu’il a été au-delà de mes espérances sur tous les points et que je ne suis pas près d’aller me baigner de si tôt.

J’admire la plume de Steve Alten, cette façon qu’il a de positionner ses personnages, la tension qu’il instaure dès les premiers instants et qui ne vous quitte plus jusqu’au point final. Son imagination est sans égal et sa vision de l’ensemble pour le moins terrifiante, mais que c’est bon de lire ce genre de texte et de se sentir totalement immergé dans le récit. Qu’il est facile de se laisser happer par cet environnement en huis clos angoissant et de se faire surprendre par la tournure des événements ! Une chose est sûre il faut avoir le cœur bien accroché pour continuer et arriver au bout de cet ouvrage.

La fosse est un roman qui a failli me faire hurler de peur et qui m’a provoqué bon nombre de sueurs froides. Pourtant je ne regrette absolument pas de m’être laissée embarquer, car c’est un livre abouti, travaillé et très réaliste. J’en garderai des frissons durant longtemps c’est certain.

À lire si vous n’avez pas peur de vous faire peur et que vous aimez trembler d’effroi.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire