Sous le même ciel ~ Erika Boyer

Alejandro n’a eu d’autre choix que de suivre ses parents qui ont décidé de quitter l’Espagne pour s’installer en France. Taciturne et introverti, il a peur de ne pas réussir à trouver sa place dans ce nouvel environnement et s’inquiète que ses différences l’empêchent de se faire des amis.

Mais ses craintes se meurent lorsqu’il rencontre son voisin, Hugo. Jovial et chaleureux, ce dernier aime l’accent hispanique du garçon d’en face, tout autant que son prénom et ses étonnants cheveux longs. Alors, aussi vite que le permet l’innocence de leur jeune âge, les deux enfants se lient d’amitié.

Sous le ciel de la Ville d’Hiver, Alejandro et Hugo deviendront des hommes. Ils découvriront l’amitié et l’amour, et embrasseront la vie pour en comprendre le véritable sens.

Date de sortie : 22 novembre 2017

Éditions : indépendante

Prix : 15e90 en papier / 3e99 en numérique

Il était Icare et Hugo était le soleil, et s’il devait se brûler les ailes, alors il apprendrait à vivre sans pouvoir voler.

J’ai découvert l’écriture d’Erika Boyer après avoir découvert la personne, la femme. J’avais très envie d’aimer ce roman, puisque j’apprécie énormément celle qu’elle est. J’ai toujours peur, lorsque ça se produit dans ce sens. Pourtant, cette crainte n’avait pas lieu d’être puisque j’ai adoré cette histoire, vraiment adoré.

Le style est magnifique, une poésie dans la prose qui laisse couler les mots au fil de la lecture et nous embarque dans ces vies qu’elle façonne page après page. L’histoire en elle-même est belle, très contemplative, à l’image de l’écriture.

J’ai craqué pour les personnages principaux, Alejandro et Hugo. J’ai aimé les références espagnoles, ça fait écho à mon sang qui l’est presque totalement. J’ai aimé découvrir Arcachon à travers les yeux d’Alejandro, qui arrive en France tout jeune et adopte très rapidement cette ville. J’ai aimé les personnages secondaires, qui ne le sont pas tant que ça, et de qui on voudrait découvrir les histoires personnelles. J’ai aimé la pudeur des sentiments et l’intensité des émotions, parfois dans l’autre sens, et la délicatesse avec laquelle cet amour est décrite.

Quelque part, avant d’ouvrir ce magnifique livre-objet, je savais que je serai conquise, car les lectrices l’ayant recommandé sont des valeurs sûres à mes yeux (Marie de Bangarang Daily, si tu passes par ici, c’est de toi que je parle en particulier !) Et je ne suis pas déçue : conquise je l’ai été.

Si vous aimez les histoires contemplatives, douces, authentiques, engagées, moins simples qu’il n’y paraît… ce roman est fait pour vous !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire