Hades Hangmen #7 : La loi du plus fort. Tillie Cole

De la haine à l’amour, il n’y a qu’un pas…

Héritier d’une organisation suprématiste, Tanner Ayers a été élevé dans la violence et tue sans merci pour servir sa cause, jusqu’à sa rencontre avec Adelita Quintana, fille du trafiquant de drogue le plus influant du Mexique. Tanner et Adelita se détestent immédiatement, pourtant ils ne peuvent nier l’attraction qu’ils éprouvent l’un pour l’autre. Bientôt, le jeune homme décide de tout quitter : il rejoint les Hades Hangmen dans l’espoir de pouvoir un jour aimer Adelita librement. Des années plus tard, les deux amants se retrouvent enfin. Mais entre le gang de bikers et le cartel, la guerre gronde. Tanner et Adelita devront se battre pour cet amour qui met tous leurs proches en danger…

Date de sortie : 21/08/2019

Editions :

Prix : 14e90 en broché et 5e99 en numérique

 

 L’amour peut détruire autant que guérir. Tout dépend des circonstances et de la chance qu’on a.

 

Refroidie après le cinquième opus des Hades Hangmen, je m’étais juré de ne plus lire cette saga de peur d’être déçue. Seulement voilà, Tillie Cole est une autrice que j’aime tout particulièrement et après avoir adoré Love Crescendo, j’ai eu envie de redonner une chance au club et à leurs régulières.

Je ne vous cache pas que j’ai eu quelques appréhensions du fait de mes désillusions précédentes alors j’ai commencé, pas fermée, mais un peu réticente, angoissée de revivre le même schéma que l’autrice s’évertue à suivre depuis le début de sa série. Et si effectivement, on retrouve des similitudes, cette histoire reste différente des autres et m’a réconciliée avec les HH.

Adelita et Tanner sont ni plus ni moins que des Romeo & Juliette pris dans une guerre raciale. Un amour voué à l’échec en somme. Dis comme ça, ça semble simple mais heureusement Tillie Cole garde bon nombre d’atout dans sa manche qu’elle ne dévoile qu’au fil des chapitres. Et je dois dire que ce sont ces révélations qui m’ont surprise et tenue en alerte. Immergée dans cette ambiance tendue, je n’ai pas anticipé les rebondissements ni l’impact des secrets révélés par ce texte.

La situation déjà complexe du départ ne cesse d’empirer de page en page, au point que je me suis posée la question de savoir si elle pourrait s’apaiser un jour. Après tout, nous sommes chez les bikers et tout est possible à ce niveau-là. Entre la culpabilité de Styx, les souvenirs aussi douloureux que bénéfiques de notre couple et l’espoir que l’on tente de conserver coûte que coûte, il est difficile d’envisager les choses sereinement et de ne pas craindre le pire surtout lorsque l’on affronte le Cartel et le Klan.

Je me suis énormément attachée à Lita et Tann, de part leurs vies finalement très similaires, chacun enfermé dans les valeurs de leur clan respectif, sous le joug patriarcal, mais également par leur manière de s’aimer au-delà du danger, au-delà de la mort elle-même. Il y a d’ailleurs de très beaux moments dans ce livre, de ceux qui font monter les larmes aux yeux et qui agissent comme le calme avant la tempête. Le retour à la réalité est d’autant plus brutal puisqu’il s’effectue dans la violence et le sang face à des adversaires aussi coriaces que déterminés à les éradiquer.

La loi du plus fort est un roman qui se lit très rapidement, car il contient une bonne dose d’action et beaucoup de sentiments contradictoires. Le lien qui unit les personnages est fort, présent et rend la situation encore plus émouvante. J’ai beaucoup aimé les interventions de Styx et la vulnérabilité dont il fait preuve dans ce tome. J’ai apprécié le rapprochement entre certains HH et ai pris beaucoup de plaisir à lire cette histoire malgré un final un peu trop facile à mon goût.

Il me tarde à présent de savoir ce que l’histoire de Viking et Charley va donner. Espérons, juste, que l’attente ne soit pas trop longue.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire