Attirance Criminelle #2 Jenn Guerrieri

Une année s’est écoulée depuis l’enlèvement de Maya par le ténébreux Evann Black. Étudiante à Phoenix, la jeune photographe s’efforce de reprendre une vie normale pour pouvoir se reconstruire. Mais, lors d’une soirée, son quotidien se retrouve à nouveau chamboulé au détour d’une rue quand elle semble apercevoir furtivement un homme censé être derrière les barreaux. Était-ce Evann ? Les interrogations se bousculent dans sa tête et le doute s’installe. Comment aurait-il pu s’enfuir ? Voulant en avoir le cœur net, Maya va tenter par tous les moyens de le retrouver. Et pour découvrir la vérité, elle n’hésitera pas à côtoyer l’interdit, quitte à mêler une fois de plus son innocence avec les ténèbres.

TOME 2 / 3

Date de sortie : 26/09/2019

Editions :

Prix : 4e99 en numérique

 

J’ai retrouvé avec plaisir ma lecture, d’autant plus que l’auteure nous avait laissés sur notre faim avec un cliffhanger insoutenable ! !

Pour ce nouveau tome, nous plongeons dans le quotidien de Maya, revenue à une vie bien plus paisible, celle d’une étudiante à l’université. Hélas, rien ne se passe comme elle l’aurait imaginé. Le regard des autres n’est pas toujours bienveillant, faire une croix sur ce qu’elle a vécu aussi, mais plus que tout : Evann a laissé son empreinte sur la jeune femme.

« Je ne voulais plus entendre parler de lui. Je ne voulais plus me souvenir de lui. Pourtant, son nom résonnait comme un écho incessant dans mon esprit. »

Difficile donc, de reprendre une vie normale, ce qui pousse Maya à éconduire de façon récurrente certains prétendants, ce qui nous vaut de belles joutes oratoires !

Des efforts, des tentatives d’oubli et de sages occupations, qui seront bientôt vite balayées par une apparition qui ne laisse aucun doute à la jeune femme : Evann est là, il est sorti de prison, elle en est persuadée. Un doute aussitôt dissipé, car elle se met à sa recherche et ne tarde pas à le retrouver. Des retrouvailles ambiguës comme toujours entre eux, et un criminel assez revêche, fidèle à lui-même.

Comment est-il sorti de prison ? Je ne vous en dirais pas plus pour ne pas spoiler le roman, mais disons que le jeune homme a bénéficié d’une libération sous conditions, dans un cadre assez surprenant et contestable qui ne lui permet toujours pas de se ranger comme il le voudrait. Parce qu’il en a envie, au fond, et c’est tout l’intérêt de ces doubles points de vue : Evann Black n’est pas un animal à sang froid, son comportement et ses erreurs passées sont justifiées par de grands sacrifices (Assez altruistes, du reste, il faut bien le dire). Mais le temps de la rédemption ou du repos n’est pas encore là, le chemin est encore long. Une route épuisante qui pèse lourdement, très lourdement sur lui.

Et la romance alors ? Eh bien, mes amis, elle progresse ! Un vrai bonheur. L’ambiguïté de leurs sentiments se forge et se confirme, le tout dans le cadre particulier d’une relation interdite (On ne se demande pas pour quelles raisons), et d’un retournement de situation : incognito, à la rue, Evann va devoir cohabiter avec la belle ingénue qui, plus le temps passe, prend de l’assurance. Et là aussi, les duels sont hauts en couleur.

« Il semblait sous le choc par ma répartie. Il était temps de changer la donne et de lui prouver que je n’étais plus cette fille sans défense et terrorisée à chaque fois qu’il me parlait ou s’approchait d’un peu trop près. »

Ce tome reste assez riche en action même si elles sont assez différentes en substance et que l’on change de registre. L’humour reste présent et l’on apprécie le rôle important donné aux personnages secondaires : l’insolente Kourtney, Bryan l’étudiant BCBG, Tony, le tatoueur espiègle au grand cœur et puis, surtout, Sheitan le chat (Oui, oui, il a son importance aussi !

L’écriture est agréable, très fluide, directe, il en résulte une simplicité de lecture incontestable, malgré un style qui s’affine, qui s’affirme. On gagne en addictivité, autant sur le fond que sur la forme et on est, nous aussi, de plus en plus charmés par ce duo qui s’attire, se repousse, pour mieux se retrouver.

« Son arrogance me fit réagir. Je lui assénai avec mon poing un petit coup à la poitrine. Il ricana et déposa un baiser sur mon front pour se faire pardonner. Puis il observa avec attention mes yeux et rapidement, un sourire désarçonnant apparut à ses lèvres. Alors je compris qu’il venait de lire en moi, pour avoir la confirmation qu’il avait réussi à atteindre mon âme. Les mots nous manquaient, nous étions encore maladroits dans cet exercice. Je me terrais dans le silence, tandis qu’Evann usait de l’ironie pour esquiver la réalité. Nous ressentions à présent ce besoin urgent de nous prouver que cette alchimie… cette attraction… cette attirance étaient bien réelles, mais surtout réciproques. »

Ce roman, comme les autres du genre pose aussi la question épineuse du syndrome de Stockholm. Un criminel coupable de violences et de séquestration, une innocente jeune femme qui peu à peu cède à ses charmes ? Eh bien, ce n’est pas aussi simple. D’une part parce que les rôles, comme je vous l’ai dit précédemment, ont tendance à s’inverser. Ensuite, parce que ces romans, au-delà de la relation parfois décriée, n’est pas tant centré sur la contrainte que sur le but du récit : la victoire de l’amour sur la violence et celle de la femme qui, avec sa douceur et sa persévérance, vient à bout de tous les obstacles et remporte toujours la victoire. Un sexe faible ? Pas tant que ça ! Un sexe stratège à la psychologie convaincante, absolument !

Alors, qui des deux est le véritable manipulateur ?

Je vous laisse en juger par vous-même !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire