Les gangs de Boston #4 : Le Saint. A Zavarelli

Scarlett
Sur le sentier de la guerre, il y a trois règles simples à respecter.
1. Connaître son ennemi
2. Être prêt au sacrifice
3. Toujours porter de bonnes chaussures
Après tout, la vengeance est un plat qui se sert en talons hauts.
J’ai l’œil pour ce genre de choses, et rien ne se mettra en travers de mon chemin.
Pas même Rory Brodrick, le Saint.
Il se trompe s’il croit pouvoir me changer. Quand j’en aurai fini avec lui, je ferai passer sa mafia pour un jeu d’enfants.
Tu me cherches, Monsieur Brodrick ?
Croix de bois, croix de fer, si tu mens, vas en enfer !

Rory
Je suis un combattant. Un arnaqueur. Un gangster.
J’ai vu tout un tas de choses dans ma vie.
Mais je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme elle.
C’est une belle au cœur de bête. La pomme empoisonnée à laquelle je suis incapable de résister. Et dans son sillage, tous les hommes rampent à ses pieds.
Ce qu’elle ignore, c’est que j’aime les femmes fougueuses.
C’est d’autant plus intéressant de les dompter.

Date de sortie : 17/09/2019

Editions :

Prix : 15e99 en broché et 5e99 en numérique

 

 Cette femme est la star de mes fantasmes les plus obscurs. Le centre de chaque page dans mon livre favori.

 

Les Gangs de Boston auront ma peau, c’est certain, mais je n’y peux rien j’y suis accro. Pourtant j’ai bien conscience des défauts de cette série, des clichés énumérés et du caractère un peu redondant de ces romances. Toutefois, à chaque nouvelle sortie, je ne peux m’empêcher de dévorer celle-ci, de m’en repaître voire d’en abuser.

Néanmoins, je ne vous cache pas que « Le Saint » m’a fait une petite frayeur puisque j’ai trouvé que l’action était un peu moins présente que dans les tomes précédents. Je pense que le caractère de Rory y est pour beaucoup et que l’autrice n’a pas cherché à creuser dans sa facette sombre pour captiver le lecteur. Je dirais même qu’au contraire elle a accentué ses traits doux pour contrebalancer avec le diable qui lui fait face et qu’au final il fallait au moins cela pour équilibrer ce couple.

La famille du crime s’agrandit donc avec l’arrivée de Scarlett, ou devrais-je plutôt dire son implication auprès du gangster aux fossettes craquantes (oui je sais bien que dit comme ça, ça ne le rend pas vraiment dangereux, mais vous verrez que ce surnom lui va à merveille). Or la jeune femme a beaucoup de choses à cacher, un passé traumatisant, une vengeance à assouvir et une façon de voir la vie plutôt glaçante. Je dois vous avouer que durant les premiers chapitres, je ne l’ai pas vraiment apprécié et que j’ai même eu tendance à vouloir la repousser bien que je comprenne ses motivations et que je reconnaisse que ce qu’elle a vécu méritait amplement tout ce qu’elle fait subir aux autres.

Seulement, je n’ai pas spécialement aimé la manière dont elle joue avec Rory, la souffrance qu’elle répand et la douleur qu’elle peut infliger autour d’elle. J’ai eu peur que l’on reste sur cet état d’esprit, peur qu’elle n’évolue que très peu. Heureusement, A Zavarelli arrive à retourner ce ressenti, elle parvient petit à petit à opérer un vrai changement, à détourner nos émotions pour que l’on parvienne à s’émouvoir de la situation.

Mon avis peut vous paraître un peu sombre et pas à la hauteur des précédents opus, mais en fait ce n’est pas le cas. Lorsque je repense à ma lecture, à chaud, je me dis qu’il ne pouvait pas en être autrement pour ce duo, que l’histoire que leur a concoctée l’autrice est parfaitement imparfaite, à leur image. Chacun a ses défauts, rien ne fonctionne comme ils l’auraient souhaité et beaucoup de concessions sont faites de part et d’autre. Il faut se libérer du passé, protéger au péril de sa vie — quitte à tout faire foirer. Mais l’important reste de vivre l’instant présent et de ne rien laisser filer.

« Le Saint » est un quatrième tome qui me conforte dans mon envie de continuer la saga, qui me donne envie d’aller plus loin et dont je ne me lasse absolument pas. Vivement la suite !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire