A wave in my heart. Audrey Dumont

Au commencement il y avait Izzye et Cruz.

Deux enfants sous un ciel étoilé, se promettant de s’aimer pour l’éternité.

Les enfants ont grandi, la passion de Cruz entraîne Izzye dans un tourbillon semant drames et désillusions.

Leur amour est mis à l’épreuve par les obstacles dressés sur le chemin de leurs rêves.

Les démons de Cruz refont surface et perturbent l’équilibre devenu précaire de leur relation.

Au départ il y avait une promesse d’amour éternel. Puis il y a eu l’infini de l’univers entre eux.

Date de sortie : 17/01/2020

Editions :

Prix : 4e99 en numérique

 

Aujourd’hui je vous parle d’une lecture bouleversante qui a ravi tout mon cœur. Je veux parler du roman d’Audrey Dumont : A wave in my heart, édité chez Black ink éditions.

Résumé :

Au commencement il y avait Izzye et Cruz.
Deux enfants sous un ciel étoilé, se promettant de s’aimer pour l’éternité.
Les enfants ont grandi, la passion de Cruz entraîne Izzye dans un tourbillon semant drames et désillusions.
Leur amour est mis à l’épreuve par les obstacles dressés sur le chemin de leurs rêves.
Les démons de Cruz refont surface et perturbent l’équilibre devenu précaire de leur relation.
Au départ il y avait une promesse d’amour éternel. Puis il y a eu l’infini de l’univers entre eux.

Mon ressenti :

Oui, au début, il y avait Izzye et Cruz…
C’est en ces quelques mots que tient toute l’essence de l’histoire. On pourrait développer, détailler l’intrigue, expliquer le point central du roman… tout ne serait pas aussi parfait que ces quelques mots.
Je connais bien la plume d’Audrey Dumont : sa force, sa précision. Les émotions qu’elle grave, qu’elle sculpte sont toujours si précises qu’elles vous percent le cœur avec l’efficacité d’un carreau d’arbalète. Mais cette histoire va plus loin.
« Au début, il y avait Izzye et Cruz. »
Tel un commencement à tout, l’origine absolue, le fondamental, comme dans la genèse du monde : au début il y eu la terre, les océans, et les premiers organismes unicellulaires. La vie, part toujours de quelque part pour évoluer, se construire. Puis, comme en toute chose, on connait des tempêtes. Je ne sais que trop bien ce qu’elles sont, elles ont dévasté mon âme et rongé ma chair… encore et encore. Alors, cette histoire a pris l’accent plus fort d’un écho, d’une résonnance intime.
Le chagrin de Cruz, la détresse d’Izzye, sont devenus ce reflet étrange de mes émotions. Un troublant miroir. Pourquoi ? Parce que c’est vrai, pur et beau.

Mon avis :

J’ai senti dans ces lignes, bien plus que la créativité ou le talent de l’auteure, non : j’ai perçu son âme. Je sais pour avoir moi-même écrit un de ces romans ou on met un peu plus de soi que d’imaginaire, qu’Audrey Dumont peignait ainsi les couleurs de son cœur, comme Paul Cézanne peignait avec ses doigts, au plus près son support et de son art. Ici, nous sommes au plus près de deux existences.
« Au début, il y avait Izzye et Cruz. »
Oui, le point de départ, ce fût eux : leur vie, leur monde, puis deux destins qui se fondent et se lient. Naissent ainsi les évidences, puis germent les rêves, porteurs d’avenir. Et les orages destructeurs auxquels succèdent l’éclaircie des espoirs…
Parce que finalement, aux tréfonds de nos blessures subsiste toujours la certitude de nos bases essentielles, celles qui font de nos jours de petits coquillages clairs dessinant un chemin vers l’Éden rassurant de ceux qu’on aime et qui nous relèvent, quoi qu’il advienne. Alors, ressort du bon, du mauvais, des épreuves et des récompenses, tout ce qui nous permet de tenir face aux tempêtes, de construire dans la tourmente, d’affronter tous les démons : l’origine, la base, le noyau indéfectible de notre vie.
« Au début il y avait Izzye et Cruz. »
J’ai aimé ce roman pour sa justesse et sa pureté. C’est une romance douce, mais sans concession, tendre mais cruelle, brillante comme la réalité de la vie. Elle m’a emmenée dans un flot de sensations intenses dont je ne suis pas ressortie indemne.

Pour conclure :

Izzie et Cruz, c’est vous, c’est moi, à l’envers comme à l’endroit. C’est presque un parcours de vie tant il y a plus, tellement plus que de la romance.
Au début, il y avait Izzye, Cruz, Audrey, Éden, Louise et moi. Mais il y a toi et lui là-bas aussi. Toutes ces larmes et ces espoirs dans la tempête, pour que nul n’oublie que subsistent toujours les rêves.
Comme ceux qui les ont formés dans l’espérance.
Éternellement.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire