Les cicatrices – Claire Favan

Le résumé :

Centralia, État de Washington. La vie d’Owen Maker est une pénitence. 
Pour s’acheter la paix, il a renoncé à toute tentative de rébellion. 
En attendant le moment où il pourra se réinventer, cet homme pour ainsi dire ordinaire partage avec son ancienne compagne une maison divisée en deux.
Il est l’ex patient, le gendre idéal, le vendeur préféré de son beau-père qui lui a créé un poste sur mesure. 
Un type docile. Enfin presque. 

Car si Owen a renoncé à toute vie sociale, il résiste sur un point : ni le chantage au suicide de Sally ni les scènes qu’elle lui inflige quotidiennement et qui le désignent comme un bourreau aux yeux des autres ne le feront revenir sur sa décision de se séparer d’elle. 

Mais alors qu’une éclaircie venait d’illuminer son existence, Owen est vite ramené à sa juste place. 
Son ADN a été prélevé sur la scène de crime d’un tueur qui sévit en toute impunité dans la région, et ce depuis des années. La police et le FBI sont sur son dos. L’enfer qu’était son quotidien n’est rien à côté de la tempête qu’il s’apprête à affronter. 

Infos du livre : 

Date de sortie : 4 mars 2020
Maison d’éditions : Harper Collins
Nombre de pages : 326
Prix : ebook 12e99 / Broché 20e

Ce qu’il a toléré pendant ces cinq années de mariage, aucun homme ne l’aurait supporté. Il a encaissé tous les excès de Sally, toutes ses crises, toutes ses frasques. Et, même ainsi, il était prêt à rester avec elle. {…}
Et c’est lui qu’on accuse d’être un monstre. 

Mon avis… Sur la plume : 

Ce roman est le premier de l’auteur que j’ai lu. Et ce fut une excellente découverte.
Sa plume sait donner le rythme à la lecture, de par sa fluidité, mais aussi par le ton donné. L’écriture est juste, elle se moule parfaitement à chacun des points de vue. J’ai aimé lire Claire Favan, et en toute sincérité, je me plongerai volontiers dans ses précédents romans s’ils sont si bien écrits.

Les descriptions sont ici idéales, que ce soit dans les ressentis, ou dans le reste. C’est décrit, oui, mais sans exagérer, sans que ça traîne, sans que ça lasse tout en l’étant suffisamment afin que nous puissions se fondre entre les pages.

Je dirais que le point fort de l’auteur au niveau de sa plume, est qu’elle sait transporter son lecteur en trois phrases, nous situer, faire grimper l’adrénaline en nous en trois points de suspension, ou encore la faire redescendre de par l’imagination qu’elle nous offre.

Mon avis… Sur l’histoire : 

Comme je le disais quelques lignes plus haut, ce roman est le premier de Claire Favan que je lisais… Et je ne suis pas déçue par cette découverte.

Si en premier lieu j’ai été surprise de lire autant de points de vue, et que je me suis demandé où tout ça nous menait, je dois bien avouer que j’ai trouvé l’idée très originale ;  et bien utile pour comprendre l’histoire… Ou semer le trouble en nous.

Je ne détaillerai pas plus l’histoire, je pense que le résumé en dit déjà bien assez et je n’ai aucune envie de vous spoiler sur cette pépite.

Pépite ? Rien que ça ?
Non, bien plus que ça! Parce que ce roman est divinement bien construit, réfléchi.
Plusieurs fois lors de ma lecture, j’ai été semée, lâchée en cours de route. Lorsque je croyais tenir les clés, elles disparaissaient de mes mains, pour m’enfermer dans une incompréhension totale, insoutenable.
Quand je croyais tout avoir compris, lorsque j’étais persuadée de savoir les tenants et aboutissants, Claire Favan balayait toutes mes certitudes.
Aucun temps mort.
Aucun répit.
Aucune envie de laisser échapper un indice que je n’aurais pas vu.

Alors, j’ai lu. J’ai dévoré, énormément, puisque ce livre n’aura été mon menu que d’une journée tant je l’ai adoré.

Et puis, la surprise.
Le final.
La cerise sur le gâteau qui m’a laissée bouche bée, étonnée, renversée, subjuguée.
Rien ne laissait entrevoir de tels rebondissements.  Absolument rien ne m’avait alertée, si ce n’est un sourire diabolique qui m’a conquise.

Pour finir… 

Personne n’aime être mené en bateau, mais pour une fois, vous allez adorer.
Ce livre vous retournera le cerveau.
Les bons deviendront les méchants et les méchants deviendront gentils… Ou pas.
Tout dépend de leur alibi, des cicatrices qu’ils portent, qu’elles soient visibles ou non.
Mais si je peux me permettre un conseil, à vous, lecteurs : ne croyez pas tout comprendre dès les premières lignes, dès les premières pages.
Vous aurez tout faux.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire