Everyday Heroes #2 Combust de K. Bromberg

– Et après quoi?
– A long terme? Je vendrai des chansons à d’autres chanteurs. Je me fais un nom indépendamment de ma collaboration avec Jett. (Je hausse les épaules). Mais pour l’instant, je dois survivre au cyclone.
– Et tu penses en sortir indemne?

Lorsque j’ai lu « Everyday Heroes – Tome 1 – Cuffed », il a été évident pour moi que je poursuivrais ma découverte quant aux deux autres frères Malone. Avec « Combust », j’ai fait la connaissance de Grady.

Grady… Parfait! Physiquement, moralement… Une gentillesse sincère. Une gaité perpétuelle. Un sens de l’humour étonnant. Une civilité sans faille… Et pourtant des failles, il en a… Un incident, un feu qui peut tout remettre en question, ravager, détruire un homme… Le marquant bien plus profondément qu’à croire en surface.

Les surfaces, Dylan connaît bien… Lisses, apprêtées, sophistiquées… tout ce qu’elle n’est pas. Ses surfaces à elle sont remplies de rondeurs, d’imperfections (du moins il s’agit là de son regard sur elle-même). Très mal dans sa peau, un brin timide, elle est la fille de l’ombre… celle qui compose pour les autres, qui rassure, qui apaise, qui murmure… mais surtout qui s’oublie…
Et c’est en voulant s’oublier, suite à un incident, qu’elle va rencontrer Grady.

Sous la légèreté de leur rencontre, très vite on décèle la gravité de leurs blessures respectives… profondes. Chacun dans leur peur, chacun dans leur frayeur, ils vont pourtant se découvrir, s’épancher, se surprendre. C’est le sarcasme, tél un moyen de communication entre eux qui va leur ouvrir la voix aux confessions, aveux, dévoilements, déshabillages… Mais ne dit-on pas qu’un regard est plus parlant qu’un sourire… car ce dernier peut en de nombres occasions être des plus factices: pour donner le change, pour éviter les questions, pour apaiser les autres… Mais quand il s’agit du regard des yeux… leur profondeur ne laisse aucun doute quant à la complexité de l’état dans lequel on se trouve… Il est évident que leurs raisons diffèrent, mais Grady et Dylan ont cette profondeur dans le regard qui parle à l’autre… Discours de sourd…

Deux êtres en contradictions dans leurs actions (parfois), leurs déclarations (occasionnellement), leurs sentiments (souvent). Leur chemin sera bien tortueux, douloureux… Parfois les paroles sauront alléger certaines situations; à d’autres instants, les images seront plus parlantes; mais avec leur histoire, éteindre le feu va prendre tout son sens… Ils vont devoir braver cet incendie qui les éloigne, les isole des autres; faire face aux flammes qui les définissent, qui brûlent entre eux, qui font rage dans leur cœur; et survivre à un passé, à un instant, à la culpabilité qui les enflamme, à leurs blessures, au dénigrement de soi, à l’abandon d’un avenir bloqué dans un passé…

“Oublier et fuir? Ou Avancer et se relever?“ Quand le passé devient avenir, ou que l’avenir ne se définit plus par le passé…

Le seul bémol pour moi, seraient les excessives joutes verbales qui m’ont parfois perdue, que ce soit entre Dylan et Grady, Grady et ses frères Pompiers, ou les trois frères Malone.
Pour autant, j’ai apprécié ma lecture, car il est évident que tout ce sarcasme est, métaphoriquement, ce qui va permettre la mise en contrôle du feu. J’ai beaucoup aimé les personnages de Grady et Dylan. Ils m’ont touchée, émue. L’émotion qu’ils dégagent, notamment, lors de la présence de Brody auprès de Grady, ne peut laisser indifférent. Les imperfections, de l’un comme de l’autre, les ont rendu vrais, réels, accessibles. J’y ai retrouvé les réunions des trois frères du premier tome, instaurant à ma lecture des instants toujours aussi, à la fois piquants, intéressants et hilarants. Et j’y ai découvert, une Pétunia toute en forme.

C’est un roman qui touche la sensibilité de chaque survivant en nous, qui traite de l’apparence, des préjugés, de pardon et d’acceptation de soi mais aussi de seconde chance.
Il va s’en dire que personnellement, je serai bien preneuse d’un calendrier des pompiers de Sunnyville! Et vous?

Aucun doute possible, je ne tarderai pas à découvrir l’histoire du dernier frère Malone, Grayson, dans le tome intitulé « Cockpit ».

Alexia

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire