Lost Soldier de Romy Cole

Sous son T-Shirt taché, je vois ses muscles se tendre. Sa bonne humeur semble s’être envolée au profit d’un calme froid, presque meurtrier. Le contraste avec l’homme qui riait avec moi encore une seconde auparavant est saisissant.
Douloureux.
sa mâchoire se serre.
Pour la première fois depuis son arrivée, je vois le militaire instable dont tout le monde parle. l’homme effrayé par des ombres qui ne dansent que dans sa tête.

Personnellement, J’adore les histoires de militaire, et quand les canidés y ont une place importante, c’est la cerise sur le gâteau. Autant dire que cette histoire était pour moi! Et je n’ai pas été déçue! Entre souvenirs douloureux et cauchemardesques, travail sur soi, espoir, seconde chance, jappements et apprivoisements en tout genre, cette histoire est un condensé d’émotions sombres, fortes et sensible.

« Lost Soldier », c’est l’histoire de Deacon, un soldat brisé… anéanti en une seconde… et perdu profondément au beau milieu ses souvenirs… avec lui, j’ai souffert, j’ai douté tout au long des chapitres; j’ai flotté et je me suis noyé dans ses souvenirs. Il ne vit pas, il ne survit pas… je dirai qu’il attend… Quoi? C’est là, la grande question… Un signe du destin… Un acte courageux… ou lâche… un pardon… Et si, inconsciemment, il attendait une rencontre… La rencontre… celle qui repositionne tout à sa place? Qui va redistribuer les cartes pour l’avenir…

alors, qui sera capable d’entreprendre l’énorme chantier qu’est la vie et que sont les émotions de Deacon? Un maelstrom émotionnel parfaitement relaté par l’auteure, et poignant d’empreintes de vérités à mon sens. Qui sera capable de lui faire avouer ses vérités mensongées, accepter son reflet dans le miroir, envisager de s’offrir une deuxième chance? Sa psychologue? Un ancien militaire qui va lui tendre la main? Mongrel, un pitbull agressif et brisé, qui réside au refuge “Wolf Rain“ où il va être embauché? Une bénévole qui y œuvre aussi, et qui va lui alléger certaines de ses nuits? Un démon rose bonbon qui, haut comme trois pommes , va lui faire voir les licornes de la vie en couleur pailletée?
Ou une fée qui saura trouver les mots, les gestes et l’ensorcellera lui ouvrant les portes d’une autre perspective d’avenir…

Elle réveille les vestiges de celui que j’étais, fout en rogne celui que je suis aujourd’hui et charme l’homme que j’aurais du devenir.

Sawyer est cette fée. J’ai adoré Sawyer. Tonique, tenace, téméraire et têtue. Elle est la fée qui offre les deuxièmes chances, une main sur le cœur et l’autre tendue. Bon, il est vrai, pas à tout le monde non plus, mais en tout cas à ceux qui en ont besoin, sans le savoir, ni même, sans réellement le vouloir. Elle est aussi passionnée par ses amis les chiens, loyales envers ses amis et exceptionnelle avec Willow. Willow qui apporte sourire, bonne humeur, et légèreté à cette histoires tout de même bien assombrie par les tourments, les peurs, les angoisses, et les tracas de tous les autres. Car, entre ceux qui se débattent entre problèmes de management, de gestion d’émotions, et retour de personnage du passé dans la journée, et ceux qui doivent affronter chaque nuit leur solitude, leurs angoisses, leur doutes, leurs souvenirs, il est évident que l’auteure n’aura pas épargné ses personnages. Et ce, c’est certain, aussi émotionnellement que physiquement.

Si au départ, j’ai été un peu déstabilisée par le franc parler de Deacon, je me suis vite rendue compte combien l’auteure avait parfaitement su adapter sa plume à chacun des personnages, accentuant ainsi faisant le caractère, et l’état psychologique de chacun: empreinte de réalisme et de quotidien pour certains de ces personnages, de candeur et d’insouciance sans filtre pour d’autres, et d’un brin de vulgarité, d’effronterie quand il le faut.
J’ai adoré les sentiments que j’ai ressenti en lisant cette histoire, ballotée entre sourires et larmes, promesse et pardon, amour et haine.

Je finirai en dévoilant mon personnage préféré: Willow; celui que j’ai détesté: Cherry; celui qui m’a le plus émue: j’hésite encore entre Mongrel et Stone; et ceux dont j’aimerai découvrir l’histoire: Lana et Dasher. N’hésitez pas à lire ce roman pour dire à votre tour vos choix quant à ces catégories.

En bref, cette histoire m’a rappelé qu’il suffit d’un geste, aussi anodin que le dessin d’une licorne pailletée ou puissant comme un mot inattendu et inespéré, pour que la vie s’éclaire à nouveau.

Alexia

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire