La Malédiction des Atuas de Laure Allard D’Adesky & Morgane Scheinmeer

Cette rencontre est un signe.

« La Malédiction de Atuas »… Quelle aventure ! Géographique, intemporelle, mythique et sentimental!

Cette histoire est une carte d’embarquement pour un voyage à destination de la Nouvelle Zélande via l’Australie au départ de Paris…
Laure Allard d’Adesky et Morgane Scheinmeer offrent ici un dépaysement total pour une aventure hors du commun. Elles m’ont emportées directement au cœur de sites connus et insolites, urbains et sauvages où leurs deux personnages principaux vont évoluer au gré d’us et coutumes bien mythiques tout au long de cette histoire.

Dès le préambule, elles vont poser mythes et règles qui établiront la trame de ce roman. A ma lecture du résumé, j’étais fascinée: deux êtres, deux tatouages, une destinée. Car il me semble bien qu’il s’agit ici plus de destinée que de destin: la différence entre ce qui attend deux êtres, de ce qui doit être accompli par eux. Mais ces deux-là sont bien décidés à reprendre leur destin en main et tout tenter pour déjouer leur destinée.

Eux? Il s’agit de Camille et Maxime.
Camille est une jeune femme, professeur en Arts Plastiques, dont la passion n’est pas totalement assouvie par son métier. Tout nouvellement libre d’une relation amoureuse, elle éprouve un immense “besoin de liberté la poussant à se dépasser et quitter son milieu naturel“. La voilà donc, direction l’Australie, pour des vacances qui vont changer sa vie.

La sienne, mais aussi celle de Maxime. Français, il s’est expatrié à Sydney où il y a trouvé une nouvelle vie qui lui convient. “Il est libre, fier, mais au fond, il aspire juste à faire son nid dans un endroit qui lui est cher.“ Il pensait y être parvenu en venant en Australie avec sa compagne, mais voilà… elle n’était apparemment pas celle avec laquelle il y parviendrait. Pourtant l’Australie restera une évidence…

Tout comme sa rencontre avec Camille… La destinée se mêlant à leur vie, ils vont se retrouver réunis alors que tout avait été planifié pour qu’ils ne le soient jamais… D’une décision, apparemment personnelle et propre, celle de se faire faire un tatouage, va découler un phénomène plus qu’incompréhensible. Et ils vont partir en croisade à la recherche d’un explication, voir la découverte d’une solution. Un lien particulier va se former entre eux, et leur aventure en deviendra dangereuse, intrigante et passionnante.

Les auteures vont alors nous entraîner dans un périple, déplaçant nos personnages autant géographiquement qu’émotionnellement.
Géographiquement, aucun doute, elles m’ont fait traverser les océans et m’ont immergée totalement sur ces îles d’Océanie. Magnifiques paysages australiens et néo-zélandais se sont rappelés à moi, et j’ai adoré ce retour dans le passé en ce qui me concerne.
Émotionnellement, ce fut un peu différent… Il m’a manqué un je ne sais quoi dans l’intensité non pas en ce qui concerne l’histoire que j’ai trouvé atypique et très bien menée, ni le lien inextricable qui va naître entre Camille et Maxime. Mais, si j’ai tout de suite été sous le charme de Maxime, dont j’ai trouvé le tempérament bien trempé, j’ai eu plus de mal avec Camille. Indécisions, décisions remises en question, contradictions… Certaines de ses réactions m’ont fait me questionner sur le pourquoi et leur comment… Est-ce un fait de son passé? Du lien et toute la magie qui y est rattaché? Un besoin irrépressible de liberté? Ces quelques contradictions notées en début de roman m’ont quelque peu déstabilisée. J’aurai aimé plus d’approfondissements sur certaines réactions grâce auxquelles j’aurai probablement plus compris Camille. Mais qui sait, si je rencontrais Camille, peut-être qu’elle ne me comprendrais pas non plus dans mes réactions. Et puis, Camille a fait une révélation: “Je manque cruellement de confiance en moi dans mes rapports et le plus souvent, mes réactions sont maladroites.“ J’ai porté alors un nouveau regard sur ce personnage et au fur et à mesure de ma lecture, elle s’est révélée bien plus courageuse et forte dans ses peurs que je ne l’aurais attendu en premier lieu, laissant les indécisions derrière elle, et les doutes derrière moi. Il est donc évident que ceci n’a aucunement remis en cause l’appréciation de ma lecture sur le fond de l’histoire.
L’intensité de l’émotion de ce roman, se révèle avec leur relation improbable et incontournable! La mise en place très rapide ne m’a pas dérangée car il est bien connu que la rencontre de deux âmes sœurs est comme l’éclair: elle frappe en un seul coup et vite. D’autant que cette relation atypique va obliger une apprentissage de la connaissance de l’autre essentiellement concentré sur leur caractère, désir et espoir, et ne pourra être flouée par le rapprochement physique, point de vue que j’ai trouvé très intéressant.

Toutefois, je dois admettre que je me suis plus laissée emporter par l’histoire des tatouages que par la romance de Camille et Maxime.
Et, au fur et à mesure de l’avancement de la lecture, je me suis nourrie de toutes les légendes maories. J’ai suivi le périple de Camille et Maxime avidement, cherchant l’inconnu, résolvant les intrigues. Malgré l’enchevêtrement intense de légendes et l’apparition de nouveaux personnages aussi mystiques que mythiques, à aucun moment, les auteures n’ont perdu toute mon attention. Une pointe d’humour ça et là a permis aussi d’alléger certains évènements poignants. Car il va s’en dire que la quête de Camille et Maxime est loin d’être un long fleuve tranquille; elle se ferait plutôt au milieu d’un océan déchainé.

En résumé, entre découvertes de légendes, rencontres mystiques, intrigues et rebondissements, liens et bouleversements émotionnels, il s’agit là d’une histoire palpitante.

On a tendance à dire: il faut le voir pour le croire… Je referme ce roman, en me disant que grâce à la plume des auteures, inutile pour moi de le voir… J’y crois! Et je réfléchirais bien à deux fois avant de faire mon prochain tatouage!

Alexia

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire