Dual Love de Shirley J. Owens

Nous nous ressemblons tous les deux. Nous portons les blessures d’un passé qui nous enchaîne et nous empêche d’aller cède l’avant.

Au hasard d’une discussion entre nous, on s’est découvert une lecture en commun: « Dual Love » de Shirley J. Owens. Une première pour l’une, un plaisir pour l’autre, on s’est lancé. Et c’est donc un ressenti commun que l’on vous livre exceptionnellement ici.

Vous est-il déjà arrivé en interaction à la lecture d’une phrase, de hausser le sourcil et à la phrase suivante de lire: “je lève un sourcil interrogateur”? Voilà combien la connexion entre la lecture et nous a été forte et évidente…. On s’est très rapidement mise d’accord sur le fait que cette lecture s’annonçait énigmatique et intense. Notre lecture fut rythmée par des joutes verbales hilarantes, d’autres poignantes… des intrigues, des dévoilements et des coups de théâtres entre deux coup de poing direct au plexus, coupant quelques secondes de surprises nos respirations… L’auteur nous a captivées dans une ambiance plus qu’ambiguë annonçant multiples interrogations, engendrant deux fois plus de spéculations quant au pourquoi… et que dire du comment! On a eu cesse de réfléchir au fur et à mesure de notre lecture investissant chaque mot et assimilant chacune des réflexions.

En bref, une fois le livre entre nos mains, impossible de le lâcher: on s’y est totalement immergé…

« Dual Love », c’est l’histoire de trois jeunes gens, Max, Miss Teigne et Miss Beauté, dont la rencontre va lier et bouleverser la vie de chacun, inexorablement…

Max est blessé, perdu et en colère. “J’ai l’impression d’être prisonnier.“ Une relation passée, un relationnel basé sur de profondes amitiés et non sur un contexte familial “normal“, un avenir plus qu’incertain… Mais il garde le sourire, et son humour a plus d’une fois détendu l’atmosphère. Son meilleur ami, Mickey (un personnage haut en couleur aussi, et pour qui on a eu un réel élan de sympathie) le met au défit d’un repas de réconciliation sous conditions. Et l’une d’elles est d’y amener une jeune fille.

C’est ce repas qui va le mener aux Miss et va se poser la question de savoir: laquelle choisira-t-il d’y amener?
Miss Teigne? Voisine de pallier, sombre, déprimante, qui s’emploie royalement à l’éviter et à l’ignorer: elle “préfère longer les murs plutôt que de se faire remarquer.
Miss Beauté? Avenante, souriante, entrainante, drôle, séductrice, elle aurait toutes les qualités recherchées pour une bonne soirée.
Et, au final? Qui accompagnera Max à ce fameux repas?

Si l’auteur a donné à Max le rôle de l’enquêteur et du libérateur, cherchant à résoudre l’énigme que les deux Miss posent, Miss Beauté a eu le parfait rôle de la bout en train, allumeuse, envahissante mais surtout exhibitionniste, incontrôlable, ingérable; et Miss Teigne, celui de la rabat-joie de service, “une vraie loque asociale“ mais à bien y regarder d’une sensibilité et d’une force incroyable.

Bien évidemment, on compte nombre de personnages secondaires qui ont tous une importance particulière que ce soit dans la réflexion sur la vie ou l’évolution personnelle de nos personnages principaux. On en découvre certains absolument abjectes, d’autres que l’on ne saurait qualifier et enfin quelques uns auxquels on s’est très vite attachée. L’auteur a très bien su nous tromper en faisant osciller notre affection vis-à-vis de certains, provoquant étonnement, colère et affection, et confirmant ainsi, que souvent, les apparences peuvent être trompeuses quant à la réalité des caractères et émotions des gens (mise-à-part une certaine Natacha qui fut unanimement détestée tout au long de notre lecture!).

Mais au final lorsque tout n’est qu’illusion et que l’on abat sa garde, on découvre la véritable, non pas identité, mais personnalité de chacun. Que l’on se montre bagarreur, colérique, insupportable, réservé, asocial, cela ne signifie pas toujours que c’est ce que nous sommes au fond. Ne nous arrive-t-il pas parfois de faire genre et illusion, pour se protéger?
Suite à leur rencontre avec Max, Miss Beauté et Miss Teigne devront faire face à leur “moi“ et leur équilibre jusqu’alors conservé va être plus que mis en danger.

Il est vrai qu’on aurait aimé être un peu plus longtemps torturée quant au dévoilement personnel des Miss. Mais si au départ on a trouvé que la rencontre avec leur personnalité était un peu rapide, on a dû admettre qu’elle était nécessaire car finalement (et il s’agit là de notre ressenti propre) on a eu l’impression que la personnalité était certes l’axe mais pas le fond de cette histoire. Accepter les diverses personnages, leurs personnalités, leurs forces et leurs faiblesses… Les voir interagir, évoluer, grandir… se battre contre et pour soi… mais aussi s’accepter, accepter l’autre… et surtout acquiescer, décider, assumer…

Ce roman est une torture émotionnelle posant à plat une équation sensible à résoudre, une décision inenvisageable à prendre, une acceptation impossible à embrasser.

Nous nous aimons autant que nous nous détestons.

L’auteur, à travers cette histoire, nous parle d’entités, de tolérance, de justice, d’amitié, de famille, de sacrifice et d’amour!

Pages après pages, l’émotion nous a gagné, envahit, submergé. Les messages transmis par amour nous ont plus que troublé et le dernier nous a laissé sans voix, car à l’image de toute cette histoire ils sont intenses, poignants, bouleversants.
On ne peut que vous conseiller de partir à la rencontre de Max, de ses Miss et des autres, ainsi que de toutes leurs caractéristiques émotionnelles, d’attitudes et de comportements.

Mélodie & Alexia

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire