Souvenir d’un baiser-Teresa Medeiros

Sterling était tout jeune quand ses parents l’ont expédié chez lord Devonbrooke, qui en a fait son héritier. Aujourd’hui, il est duc, ses parents sont morts, et il revient prendre possession de la maison où il n’a pas remis les pieds depuis vingt ans. Et tant pis pour les trois orphelins que sa mère hébergeait. Il se fait une joie de les chasser ! Tel était son plan avant qu’il ne soit victime d’un accident de cheval. Quand il reprend conscience à Arden Manor, il a oublié son nom et une inconnue lui annonce qu’ils sont fiancés. Laura a de quoi séduire le plus exigeant des hommes, mais est-elle vraiment sa promise…
Ou juste une jolie menteuse ? 

Date de parution : 2/10/ 2019
Maison d’éditions : J’ai lu

Prix : Ebook 5e99 / Poche 7e60 

 

Sterling Harlow avait peut-être un visage d’ange, mais la nuit c’était un démon. 

Dire que j’ai aimé faire un bon en arrière pour me retrouver à l’époque durant laquelle l’histoire se déroule est un doux euphémisme. Parce que c’est bien plus qu’aimer que j’ai fait, c’est adorer.

La plume de l’auteur nous embarque aux côtés de Sterling, duc plutôt acariâtre, complètement  condescendant. Celui-ci ne ressent aucune peine lorsqu’à son retour de guerre, une lettre lui est remise, lui annonçant la mort de sa mère. Il n’a qu’une idée en tête : reprendre possession de son patrimoine : le manoir d’Arden, quitte à foutre dehors les trois orphelins qui y vivent.

Lorsqu’il arrivera aux abords du manoir, il aura un terrible accident de cheval, et perdra connaissance, mais pas seulement. À son réveil, une jeune et belle demoiselle lui annoncera qu’ils sont sur le point de se marier.
Elle lui créera une identité, une vie.
Laura le façonnera à ses goûts, lui dévoilant une soi-disant partie de lui-même qu’il ne se reconnaît pas. Car même si Sterling ne se souvient ni de son nom, ni de sa vie précédente, il ressent que quelque-chose cloche… Vis à vis de Laura, mais surtout vis à vis de lui-même.

J’ai aimé l’ambiance de ce roman, j’ai aimé me retrouver dans une époque révolue depuis bien longtemps. Si j’ai compris les raisons évidentes qui amèneront Laura à mentir,  je dois avouer que bien souvent, elle m’a agacée dans certaines de ses attitudes. Autant je peux comprendre le besoin de se créer un homme selon ses propres goûts… Elle voulait un homme aussi bon et généreux que son père l’était. Mais des fois, j’ai trouvé qu’elle exagérait les choses. Comme par exemple, quand Sterling se permet de boire de l’alcool, et qu’elle lui assure qu’il n’aimait pas ça, avant. J’ai ressenti le même agacement sur beaucoup de détails similaires, mais comme je le stipule, ce ne sont que des détails.

La force de ce roman se canalise uniquement dans le personnage qu’est Sterling. Sans cesse, je me suis demandé comment allait-il réagir quand la vérité se dévoilera à lui. Et je n’ai pas été déçue par sa réaction, ni même par sa force de caractère que je lui ai enviée.

Ce héros est tout en complexité.
Doux et brut.
Énervant mais terriblement attachant.
Beau et si laid par certains côtés.
Puissant et pourtant, au fond de lui tapisse un gamin blessé, perdu, seul.

Gros point positif : le travail des personnages secondaires, tout aussi présents que les autres, qui nous saupoudre tout le long du texte de l’humour, de la légèreté, matière à réfléchir.

Je relirai ce roman, je le sais déjà, car il laisse en moi une note d’espoir, la preuve que nul ne naît mauvais, que ce sont les blessures qui nous forgent.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire