JUST 17 de Emma Green

Résumé :

Une lycéenne rebelle. Un professeur hipster.
Un amour interdit.

Onze ans les séparent.
Mais la morale ne peut rien contre l’amour.

Elle est bien plus que son élève.
Il lui est formellement interdit.

Elle a tout à apprendre.
Il a tant à perdre…

Elle n’a que 17 ans.
Mais elle sait ce qu’elle veut : lui.

Date de sortie : 16/12/2019

Éditions :

Achat : 5,99 € en Numérique

 

 

 

Il me manque les codes. Il me manque l’arrogance, l’hypocrisie, l’expérience, et la certitude que le monde est à moi.
Il me manque 10 ans.

Il y a des auteurs que l’on a toujours eu le souhait de lire, mais que pour tellement de raisons, l’occasion ne s’est jamais concrétisées. Il  y a des sujets qui vous percutent de vérité et qui vous entrainent inexorablement dans leur lecture. Et il a y la rencontre des deux, qui fait que c’est une évidence, et que la lecture commence. « Just 17“ de Emma Green aura été pour moi cette révélation. Ce roman m’aura permis de concilier les auteurs à l’Histoire.

L’histoire d’un professeur d’Histoire et de son élève de terminale… Une histoire de décalages, d’interdits, d’amour. Une histoire de différences. Différences de statut, d’âge, de monde.
La différence de classes sociales est un thème bien présent dans ce roman, mettant en avant le politiquement correct, l’attente des standings, l’hypocrisie des classes, le choc des convenances ; dévoilant ‘que le confort et le luxe n’enlèvent rien à tous les carcans étouffants, l’uniforme, la pression de réussir, l’hypocrisie ambiante, l’esprit de compétition, le mépris des uns, le jugement des autres, l’impression de n’être jamais à sa place, assez bien. ‘
Lemon est une jeune fille de 17 ans, ‘la fille différente ‘ qui, ayant grandi dans un milieu modeste, se retrouve propulsée dans un nid de vipères où beaucoup n’est que vitrine. Changement de ville, de lycée, de style de vie ; tout au long de son année de terminale, elle va devoir comprendre les nouvelles règles, s’adapter, et surtout déceler à qui elle peut se fier et quel serpent de ce nid triche, lequel empoisonne et lequel étrangle. Elle va vite se rendre compte que l’argent peut tout acheter, même les cœurs, que l’hypocrisie et le mensonge font foi, et que les apparences sont bien trompeuses. Heureusement, c’est une jeune fille avec du mordant, ‘elle est forte, libre, insolente. Elle a de la répartie, de l’audace ‘ une vraie rebelle, et elle va finir par trouver qui elle est réellement, et ce qu’elle veut vraiment.
Et ce qu’elle veut, c’est lui : Roman Latimer, ‘baraqué, charmant, look, attitude cool et sex-appeal débordant : difficile de faire plus parfait fantasme du prof sexy et interdit ‘… Eh oui, non seulement il est de dix ans son ainé, mais en plus il est son professeur dans ce lycée où seule l’élite y reçoit le meilleur des enseignements.

Roman est le stéréotype de l’adulte responsable, intègre, fidèle à ses valeurs, protecteur avec sa famille, en quelque sorte lui aussi un brin rebelle. Il n’est pas non plus réellement à sa place dans ce lycée, mais de son fait, il doit y enseigner. Sa rencontre avec Lemon, va lui faire perdre pied, le bousculer, le déstabiliser. Leur attirance pourrait mettre en péril tant de choses, telles que sa santé mentale, son intégrité, sa liberté, mais aussi son poste, qui lui est non seulement nécessaire, mais aussi, par ricochet, vitale. Et, de ce fait, il n’est absolument pas envisageable qu’un quelconque rapprochement entre l’étudiante et son professeur se fasse.

Personnellement, c’est certainement le seul point qui aurait pu me déranger. Mais à bien y réfléchir, si Emma Green avait écrit sur une étudiante en université et son professeur, aurais-je été moins interpellé ? Je me suis alors demandé pourquoi? Est-ce que s’il s’était rencontré cinq ans plus tard, cette différence aurait été à ce point un problème ? Est-ce que parce qu’elle vient tout juste d’avoir 18 ans, elle ne peut pas être assez responsable, pour s’engager dans une relation, pour éprouver de vrais sentiments, pour vivre un réel amour ? Est-ce que lui, l’adulte de 28 ans, ne devrait-il pas pourvoir prendre suffisamment de recul et mettre fin à ce désir d’innocence ? Comment un adulte peut-il envisager une relation avec une adolescente ? Et que dire des risques encourus par cette attirance ‘si interdite ‘?
‘Dix ans d’écart ou pas. Professeur ou pas. Hipster badass et rebelle de la meute ou pas ‘ pour eux deux, ‘ça n’a jamais été aussi bon, en étant si mal. ‘
Est-ce, réellement, ‘que c’est parce que c’est interdit, que c’est si fort ? ‘Qu’adviendra-t-il d’eux dans… 1 an… 5 ans… 10 ans ?

Je suis consciente que ce n’est pas le genre d’histoire que n’importe quel lecteur ou lectrice ne peut lire, sans avoir de préjugés, sans émettre de condamnations… Sans se sentir pris à parti…
C’est un fait, il n’est pas facile de comprendre et d’accepter une différence en Amour, quand on ne la connait pas soi-même, quand on ne la vit pas réellement, peu importe qu’elle concerne l’âge, l’orientation sexuelle, la religion, les classes sociales…
Personnellement, Emma Green ont su me toucher, me faire douter, réfléchir, mais aussi m’insuffler l’espoir qu’un jour quelque soit la différence en amour, la société ne s’y attarde plus, ne la condamne plus, la laisse libre d’être, de vivre et de profiter. L’espoir que tout passe, le lycée, les préjugés, les différences, les années… Tout, sauf le véritable Amour quelque soit son ‘interdit ‘!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire